Les locomotives vapeur 1

141R 446

 
150 X de la SNCF ancienne série 44 allemande, époque III, marque TRIX année de sortie 2004
 
 
Les 150 X furent des locomotives à vapeur d'origine allemande dont le prototype remonte à 1926.Fin 1944, la SNCF récupéra 239 machines dont 226 en construction dans des usines françaises qui furent incorporées au parc.
Ces Décapodes disposaient d'un moteur à trois cylindres à simple expansion et la distribution était du type « Walschaerts ». Le foyer était du type « Crampton » à ciel plat et à grille débordante sur les deux derniers essieux.
  
Le modèle réduit est dans l'ensemble bien reproduit avec le châssis et la chaudière en métal moulé sous pression, la cabine et le tender sont en plastique. La sonorisation est très satisfaisante de même que le fonctionnement, je l'ai équipée d'un fumigène Seuthe mais ce type d'accessoire n'est pas fiable et peu efficace.
 

230 F de la SNCF (anciennement P8 allemande), époque III, marque TRIX, année de sortie 2006
    
 
Reproduction de la locomotive à vapeur de la SNCF immatriculée 230 F, d'origine allemande (type Prusse P8, livrée au titre des prestations d'Armistice 1918). Le modèle Trix est de bonne facture avec châssis, chaudière et tender en métal moulé sous pression. La cabine est en plastique. Le moteur est logé dans la chaudière et le décodeur spécifique Trix, non fourni d'origine, se place très facilement dans le tender.
 
 
 Locomotive à tender DB type 186 (type 18 DRG), époque III, marque FLEISCHMANN, année de sortie 2006
  
 
Au début des année 50 il manquait à la DB des machines puissantes pour trains rapides. 30 exemplaires du type 186 ont alors reçu une nouvelle chaudière de remplacement soudée à la chambre de combustion, le postes de conduite et leur équipements ont été également remaniés.
Elles réalisèrent d'excellentes performances et à leur réforme en 1965 la plupart des exemplaires avaient totalisé 1 million de km.
 
Bien que je préfère les locomotives, surtout les vapeurs, en métal, ce modèle avec caisse et tender en plastique possède de nombreux atouts. La gravure est très fine, les roues et châssis sont en métal injecté, l'embiellage filigrané est superbe. Un petit détail amusant, l'embiellage intérieur et la reproduction de vilebrequin à un axe, il est vrai que lorsque la locomotive est sur les rails cela semble un peu superflu.
Le fonctionnement est au-delà de tout reproche et la sonorisation parfaite.
 
VOIR LA VIDEO
 
 
 
 
Locomotive à tender BR10 carénée de la DB à fuel, époque III, marque TRIX, année de sortie 2006
  
 
Cette superbe locomotive ne fut construite qu'en deux exemplaires par Krup. Ces deux locomotives futent équipées d'un carénage partiel aérodynamique  qui permettait non seulement de réduire la résistance de l'air, mais également de protéger les groupes de cylindres d'un encrassement trop important. Dès leur sortie elles furent dotées d'un chauffage principal puissant au fuel.
    
La reproduction par Trix rend bien compte de la puissance et de la beauté de ce modèle. Le tender, le châssis et la chaudière sont en métal moulé sous pression lui conférant un poids important vu sa dimension : 305 mm. Le décodeur spécifique Trix se place dans le tender permettant de bénéficier des options supplémentaires par rapport à l'analogique notamment de commander l'éclairage du mécanisme moteur. Il est dommage que contrairement à son alter ego Marklin ce modèle n'ait pas bénéficié de la sonorisation.
 
 
Locomotive à tender Gt 2x4/4, modèle DD h4v Chemins de Fer royaux de Bavière, époque I, marque TRIX, année de sortie 2006
 
 
Cette lourde locomotive fut construite pour les Chemins de Fer Royaux de Bavière pour trains de marchandises et comme locomotive de pousse sur lignes escarpées, de type Gt 2x4/4 modèle DD h4V.
 
C'est locomotive a un système Mallet compound à 4 cylindres,  articulée en deux trains moteurs : le train moteur avant, avec ses roues motrices, pivotant comme un bogie porte les cylindres basse pression tandis que le train moteur arrière portant les cylindres haute pression est fixe .
  
Pour assurer l'inscription en courbe correcte, l'axe de rotation du train moteur avant est, non pas au centre géométrique, mais à l'arrière de cet ensemble. Entre 1913 et 1914, la première série de 15 véhicules ont été achetés et sont entrés en service en 1914.
 
La reproduction de Trix est tout en métal injectée, exceptées les pièces rapportées qui sont en plastique, et offre un très bon rendu. La sonorisation est complète et de bonne qualité mais un peu faible en fonction de l'emplacement du haut parleur dans la caisse métallique.
    

Locomotive-tender type T5 1203 KWSt.E (Königlich Württembergische Staatseisenbahnen), époque I, marque BRAWA, année de sortie 2007
  
 
Le Königlich Württembergische Staatseisenbahnen (KWSt.E.) avait de toute urgence besoin d'une locomotive réservoir universel au début du 20e siècle. En Février 1910 son fournisseur préféré, Maschinenfabrik Esslingen, a livré les trois premières locomotives T5 série rencontrant un succès remarquable. Trois essieux moteurs avec une charge de friction de 44 tonnes et d'excellentes propriétés en cours d'exécution dans les deux sens ont permis à ces locomotives de tracter des trains assez lourd et rapides. 
Jusqu'en 1920, un total de 96 locomotives ont été mises en service.
  
Lorsque l'Allemagne a perdu la Première Guerre mondiale, quatre locomotives ont été livrées entre les mains des Français. Les autres sont liés à la DB via le DRG, où elles ont été un atout indispensable dans le service de trains de voyageurs pendant de nombreuses décennies à venir. Il a fallu attendre entre 1960 et 1965 pour être progressivement mis hors service et remplacées par des locomotives diesel. Cependant, jusqu'à cette époque, elles avaient immanquablement démontré leurs qualités.
   
Le modèle réalisé par Brawa, tout en métal, est de toute beauté jusqu'aux moindres détails : aménagement de la cabine avec le mécanicien et le chauffeur, chapeau de cheminée mobile, tampons à ressort...
Cette qualité se retrouve dans la sonorisation qui est vraiment top.
   

Locomotive_tender BR61 carénée, époque II, marque TRIX, année de sortie : 2006
    
 
La locomotive a été construite à un exemplaire sous l'immatriculation 61001 par Henchel en 1935 (Une deuxième modèle modifié sortita en 1939 sous lle numéro 61002).
 
La locomotive n’avait pas de tender, le charbon étant stocké à l'arrière. Les roues motrices de 230 cm convenaient pour un train à grande vitesse pouvant atteindre 160 km/h avec une moyenne de plus de 100 km/h. L‘approvisionnement en eau et charbon était calculé au plus juste pour un seul voyage à l’itinéraire planifié pouvant causer parfois des désagréments.
Elle reçut, comme les voitures voyageurs spécialement conçues pour ce train, une livrée élégante crème et violette.
Le train de voyageurs de 130t était composé de quatre voitures légères, pouvait s’accommoder d’une loco-tender et la puissance nécessaire pouvait être développée par un moteur à deux cylindres. Avec une chaudière timbrée à 20 bars, la distribution de vapeur pouvait se faire à simple expansion.
 
La locomotive possédait quelques particularités résultant de son utilisation comme locomotive tender de voyageurs à grande vitesse. Tout d’abord, la machine n’avait pas à être tournée en gare d’arrivée car elle était capable de développer sa vitesse maximale dans les deux sens de marche. Afin de permettre au machiniste d’observer la voie en marche dans les meilleures conditions, les commandes de régulateur, d’inversion de vapeur et de freins étaient installées en double dans la cabine de conduite, de part et d’autre de celle-ci et dans le sens de marche correspondant. Les deux commandes de régulateur agissaient sur une timonerie commune disposée dans la toiture ; les volants de changement de marche étaient groupés sous la carlingue.
 
Le modèle Trix correspond à une série limitée, composée de la locomotive et de ses quatre voitures. Elle est tout en métal et dotée d'une sonorisation très complète d'un niveau très audible. Le phare central peut être commandé indépendamment des autres feux. Malgré sa robustesse la gravure est très fine et le fonctionnement très agréable.
 
 

 Locomotive à tender BR01 de la DRG avec écrans pare-fumée Wagner, époque II, marque TRIX, année de sortie 2008
 
 
 
Les BR4 01 de la DRG (Deutsche Reichsbahn-Gesellschaft) furent les premières locomotives à vapeur pour voyageurs standarisées construites les chemins de fer allemands unifiés. L'idée de la standarisation est qu'elle permettrait de réduire les coûts de maintenance, en permettant les réparations dans n'importe quel atelier de mécanique, à l'échelle nationale, disposant de pièces "standards".
    
La reproduction Trix est réalisée essentiellement en métal locomotive et tender, la qualité est au rendez-vous avec une sonorisation complète et très satisfaisante.
 
 

Locomotive à tender série 18.3 de la DRG, époque II, marque TRIX, année de sortie 2008
 
  
En 1915 les chemins de fer du Grand Duché de Bade commandèrent à Maffei à Munich 20 locomotives avec disposition des essieux type Pacific 231, en 1920 le RDG les incorpora dans son parc immatriculées dans la série 18.3.
 
La reproduction de Trix est fidèle au modèle réel, construite en métal injecté, de même que le tender, sauf la cabine qui est en plastique. Il est noter la finesse des rouesElle est équipée d'un module électronique de bruitage de bonne qualité.

Locomotive à tender série BVI Bavière, époque I, marque TRIX, époque I, année de sortie : 2008
 
 
 
Entre 1863 et 1871, Maffei livra aux chemins de fer bavarois 107 locomotives à deux essieux couplés (020) et un bissel avant. D'un point de vue technique, la B VI présentait peu de différences avec la série précédente B V. Le diamètre des roues couplées passa de 1462 à 1616 mm et le poids en service augmenta d'une tonne pour en atteindre 31 au total.
 
Comme la machine précédente, la B VI pouvait être chauffée aussi bien au charbon qu'à la tourbe. Après l'installation de chaudières de rechange, la pression de vapeur autorisée passa de 8 à 10 bars. En service régulier, la B VI remorquait principalement des trains voyageurs. Mais elle fut rapidement reléguée à des services moins nobles par des locomotives plus rapides. Les premières unités furent réformées dès 1895, les dernières dans les années 1920.
 
Le modèle, version chauffage à la tourbe, reproduit par Trix est de toute beauté. Livré dans un très beau coffret en bois la locomotive et son tender sont tout en métal. La qualité des détails nécessite pour l'apprécier un gros plan fourni dans la deuxième photographie consacrée à cette locomotive.
L'intérieur de la cabine est soigneusement reproduit. Le modèle est sonorisé avec une bonne qualité de reproduction des bruits . L'éclairage des lanternes correspond à celui que pouvait donner celles de la locomotive réelle. Un petit bémol, la prise de courant est sensible aux  petites irrégularités de voie.
 

Locomotive à tender 050-50009 série 12 Compagnie de l'Est, marque BRAWA, époque II, année de sortie 2009
          
 
 
Le modèle de Brawa représente la 050 Série 12 n° 5009 de la compagnie des chemins de l’Est qui a été construite par la société Maschinenfabrik Esslingen en 1905, avec pour numéro d'origine 814 et correspond au type H. La nomenclature précise que la lettre« H » désigne des machines plus particulièrement affectées aux services marchandises. C'était des machines à deux cylindres avec une distribution du type "Walschaert". Le foyer était du type "Crampton" à grille étroite et l'échappement fixe. La chaudière disposait de 2 dômes reliés par un tuyau extérieur.
 
Le modèle réduit de Brawa est essentiellement en métal et finement reproduit. Cependant on peut regretter son prix élevé (plus de 600 €). Un autre reproche que je peux lui faire est le fait que la cabine soit en plastique pour son coût et le fumigène peu fonctionnel contrairement à mes modèles américains MTH.  Un détail intéressant est l’allumage progressif des lanternes comme les autres modèles Brawa de type voisin (ex : la 040 T).
  

Locomotive à tender: type 231 E 3.1192 Nord version musée, époque IV/V, marque ROCO, année de sortie 2009
 
 
Cette locomotive fait partie d'une série d'engins commandés en 1936 par le réseau Nord à la suite d'un concours comparatif entre ses machines et celles, modifiées selon les plans d'A. Chapelon, du PO, ces dernières se révélant au final supérieures.
Ces locomotives disposaient d'excellentes performances (3100 ch à 120 km/h), dues à une étonnante collection de dispositifs techniques (surchauffe élevée, échappement Kylchap...), qui ne l'empêchaient pas pour autant d'être économe (consommation de moins de 1 kg/ch. h. à puissance nominale). Leur réputation était telle qu'elles attirèrent l'attention de bien des spécialistes étrangers.
 
Le modèle réduit de Roco est une vraie réussite et en plus une véritable locomotive vapeur française. La locomotive est en plastique et bien que peu partisan de ce matériau pour une vapeur je dois dire que le résultat est excellent. Par contre le châssis est en métal et le tender lui est en métal injecté et loge le moteur.
Au niveau de la finesse de reproduction rien à dire avec l'intérieur de la cabine aménagé, le cinéma avant opérationnel (boîtier portant le numéro de train affiché en chiffres rétro-éclairés), embiellage soigné, très belle sonorisation. Un bémol à ce sujet sur les premiers modèles n'existait pas le bruit de grincements de freins rectifié par la suite par Roco sur les nouveaux modèles sortis courant 2010.
Le fonctionnement de cette locomotive est également un plaisir, à la hauteur de la qualité de la reproduction.
 
VOIR LA VIDEO
 
 

 Locomotive à tender GR 743.301 Franco Costi des FS, époque IV, marque RIVAROSSI, année de sortie 2010
 
 
 
      
Les premiers exemplaires des Classe 743 ont été construits en 1940.
Ces locomotives étaient entièrement nouvelles avec deux préchauffeurs, un de chaque côté de la chaudière. Toutes les 94 locomotives de cette classe ont été construites pour la FS. (FS : Ferrovie dello Stato entreprise ferroviaire publique d’Italie, dont le statut est celui d'une société anonyme par actions au capital détenu en totalité par l'État italien).
 
Quelques caractéristiques:
Pression de la chaudière: 12 kg/cm2 (171 psi)
Puissance de sortie: 1100 CV à 45 kilomètres par heure 
   Vitesse maxi: 65 kilomètres par heure
Poids en service: 72,7 tonnesP
Poids d'adhérence: 66,2 tonnes
Offres Capacité d'accueil: 22000 litres d'eau, 6000 kg de charbon
 
Concernant le modèle Rivarossi ce dernier est très finement détaillé et en plastique mais cela ne choque pas, le châssis lui est en métal.
Il est à noter les tampons en métal sur ressort et un plus sympathique la porte de la boîte à fumée fonctionnelle permettant de jeter un coup d’œil à l’intérieur.
Les feux de la loco et de son tender sont réversibles blanc-rouge. Un dispositif manuel permet de régler les feux : si la locomotive tire les wagons seuls les feux avant sont fonctionnels et inversement si elle tracte en arrière seuls les feux du tenders sont opérants.
Le modèle est sonorisé avec un très bonne qualité de la reproduction des sons.
Au niveau du fonctionnement l'appéciation est passable en raison peut être de la légèreté du modèle et une prise de courant insuffisante entraînant des à-coups à la moindre irrégularité de voie.
 
 Locomotive à vapeur 141 R 446 livrée noire, dépôt de Mulhouse-Nord, époque III, marque Jouef, année de sortie 2011 
141-copie-1.jpg
 

Après ma guerre la SNCF ne comptait plus que 6700 locomotives en état de marche en mai 1945 contre  17 800 à sa création en 1938. Pour reconstituer son parc les ingénieurs de la SNCF dès novembre se rendirent aux Etats-Unis pour définir les caractéristiques des locomotives à construire  et fut ainsi établi  le cahier de charge suivant :

  •   les machines doivent fournir un service mixte sur quasiment toutes les lignes de la SNCF: adoption tu type 141. Un essieu porteur à l'avant, 4 roues motrices, un essieu porteur à l'arrière.
  •   machines modernes, simples et puissantes, de construction aisée et standardisée.
  •   pièces de grandes dimensions, d'un accès et d'un entretien aisé: recours à la simple expansion.
  •   conduite facile et machine robuste permettant la conduite en banalité.

                                                                                                                                                                                                                                           C’est ainsi que les 141R, dérivent en fait d'un type "Mikado" étudié aux Etats-Unis en 1918-1919 et auquel on a apporté quelques modifications de détail et dimensionnelles. 

Le modèle réduit Jouef est très bien reproduit mais je lui reproche son côté plastique marqué et son poids réduit comparativement à la 231 E de ROCO dont le tender était en plus en métal. Cependant elle a un très bel effet sur réseau et la sonorisation est parfaite.


 
 
 
 
 

Date de dernière mise à jour : 20/11/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×